Spécialiste de Kilims d'Anatolie - Tapis d'Orient

AVANT TOUT CONSULTER NOUS...

Les détails font la différence…

 

Les passionnés des kilims :

 

Mesdames / Messieurs,

Merci de visiter mon site. J’ai voulu partager avec vous ma collection de kilims (non exhaustive) qui ont été sélectionné avec l’expérience acquise depuis le jour où j’ai entendu le mot magique « mange-moi »…

 

 

Acheter un vrai kilim n’est pas un simple acte mercantile, c’est un acte intégral, affectif, intellectuel et spirituel. Pour ne pas avoir de mauvaises surprises il faut rechercher les bons conseils auprès des vrais connaisseurs. Il est très difficile de trouver un site où l’on vous donne des renseignements nets, clairs et précis. Les marchands qui connaissent le kilim, exagèrent trop les choses et ceux qui n’en savent rien disent n’importe quoi à l’infini et c’est seulement dans l’unique but de commercialiser leur marchandise. Beaucoup prétendent être des experts en kilims d’Anatolie et ce, à tel point qu’ils osent se qualifier «de renommée internationale ! » "...de ces gens qui... parlent hardiment de toutes choses sans s'y connaître." Molière

 

Je ne vais pas me lancer ici dans une description exhaustive de toutes les techniques et origines des kilims. Je voudrais simplement donner quelques clés à ceux d’entre vous, qui sont à la recherche des derniers kilims anciens d’Anatolie, survivants de véritables œuvres d’arts en vous donnant de petits détails, faciles à retenir pour vous mettre sur la bonne voie, pour que vous puissiez faire la différence entre un vrai kilim ancien et celui produit actuellement et commercialisé comme ancien. (Voir chapitre évolution attribution) Ne voyez plus les kilims seulement comme de simples objets inertes, mais comme de véritables oeuvres d’art, même quand les motifs en sont très naïfs. Une ou des femmes ont essayé d’exprimer leur habileté et leurs désirs avec des symboles transmis de mère en fille depuis des siècles voire des millénaires, ceci est vrai pour les tapis ou kilims qui ont été tissés (pour l'usage familiale ou personnelle avec du matériel «laine» soigneusement sélectionné, minutieusement préparé, astucieusement traité et coloré) par les nomades sous la tente, où à la maison pendant l’hiver pour leur simple usage ou comme dot pour les mariages. Contrairement à ceux commandés par les industriels et tissés aujourd’hui par les nomades sédentarisés pour se faire un revenu complémentaire. A cause de cela, je suis plus sensible au rustique kilim qu’au tapis de fabrique car il s’agit d’un art populaire beaucoup plus émouvant que la pure virtuosité.