Quelques conseils pratiques : "A faire - à ne pas faire"

Pour des raisons mal expliquées la réputation des marchands de tapis / kilims laisse quelque peu à désirer. Pourtant nous les rares connaisseurs ne nous comportons pas différemment des autres marchands spécialisés dans le commerce d’œuvres d’art. Sans doute l’origine de cette réputation est due à la méconnaissance de ces produits du grand public. Il est extrêmement rare de faire une affaire en achetant un tapis ou un kilim comme d’autres objets d’arts précieuse auprès de n’importe quel négociant. N’ayez pas la naïveté de croire aux publicités alléchantes tel que les ventes à moitié prix voire moins 60-70%, prix sacrifié, liquidation, prix entrepôt, tapis en provenance des douanes, un deuxième pour le prix d’un etc. Tant que vous les acheteurs potentiels ne ferez pas la différence entre un simple vendeur et le commerçant spécialisé, l’expression «je me suis fait avoir par un marchand de tapis» continuera à résonner encore longtemps. Ne vous laissez pas impressionner par des arguments basés sur des critères techniques telles que pure laine, fait main, noué main, ancienneté, nombre de nœuds, finesse, design chargé, pure soie, laine et soie ou la provenance etc. L’important réside essentiellement dans la qualité de la matière première ; il est effectivement possible de faire un kilim ou un tapis à l’apparence ancienne, au tissage fin ou serré et attractif à l’œil avec des matières synthétiques plutôt qu’avec de la laine. Actuellement le marché est envahi par des kilims et des tapis de bas de gamme, fabriqués avec des matières recyclées, vieillies artificiellement (voir chapitre évolution - attribution) et vendus comme s’ils étaient anciens et de qualité à des prix exorbitants. Si des méthodes modernes permettent de gagner du temps, c’est au détriment de la qualité et de l’émotion. Achèteriez- vous un tableau reproduit numériquement plus parfait que l’original par une machine ?

 

[Les qualités d'une chose, ce sont les effets de cette chose sur d'autres < choses >. Si l'on supprime les autres < choses > la chose n'a plus de qualités.]

À ne pas faire :

Évitez les boutiques de luxe bien placées, dans ces lieux, des marchandises de toute sorte et en grande quantité vous seront présentées par des vendeurs extrêmement stylés qui vous assureront, d’une manière appuyée des arguments convaincants de classe VIP que vous réaliserez un placement remarquable. Ne vous en laissez pas conter. Les marchandises peuvent être correctes mais attendez-vous à les payer à des prix exorbitants. Par contre quelques dizaines de pas plus loin auprès d’un petit commerçant vous pouvez trouver des kilims/tapis de la même qualité souvent mieux et à un prix très raisonnable.

À faire :

Privilégiez le petit commerçant spécialisé. Ne vous aventurez pas, ou bien que ce soit une bonne aventure, entourez-vous au préalable de bons conseils à rechercher auprès de vrais connaisseurs. Car il faut avoir une certaine expérience pour déceler les belles pièces.

 

Prenez le temps. Écoutez, observez. Certains magasins vous présenteront une grande quantité de marchandises toujours avec le même discours (tout est beau, en laine, couleurs végétales, anciens etc.) ; plus on vous noie sous la QUANTITÉ et le discours plus la QUALITÉ disparaît. En résumé : Si vous envisagez d’acquérir un vrai kilim ou tapis et ne pas avoir de regret, je vous recommande donc de vous servir de votre sens critique. En un mot, consacrez plutôt votre temps à la recherche d’un spécialiste que l’objet lui-même, d’autant que le vrai objet ne peut se trouver que chez le vrai spécialiste. Avant tout contacter nous les experts agréés spécialisés.

 

objetsresto-1

ENTRETIEN, LES BONS RÉFLEXES :

Les parties les plus vulnérables des kilims et des tapis sont les franges et les lisières. L’aspirateur est leur plus grand ennemi à long terme (comme le tabac pour les hommes) si l’on ne prend pas les précautions nécessaires. (Voir l’animation ci-dessous) Passez l'aspirateur toujours dans le sens de la largeur de vos kilims et tapis, même principe que pour le cirage des meubles c’est à dire passer l’aspirateur dans le bon sens du tissage/ nouage, pour mieux nettoyer en diminuant l’effet négatif de l’aspirateur à long terme notamment pour les franges.

 

Oui

Nettoyage :

Optez-vous le lavage manuel entre 3 à 5 ans pour tous vos textiles fait main, particulièrement pour vos kilims, tapis et tapisseries.

Que veut dire « lavage manuel » et pourquoi :

Pour éviter l’oxydation et préserver la fraîcheur et la solidité de vos Kilims et Tapis, faites les nettoyer régulièrement entre 3 et 5 ans et vos tapisseries de 5 à 7 ans. Exiger un lavage manuel, surtout si vous êtes en possession de kilim/tapis de qualité.

 

Après avoir été étudiés les Kilims/Tapis sont lavés individuellement à la brosse, sans usage de produits chimiques ni de machines. Avec des produits naturels en profondeur. Ce procédé très ancien n’a aucun effet négatif sur les matières et les couleurs et prolonge par 3 la longévité de vos tapis/kilims en conservant toute leur fraîcheur. Malheureusement ce système est très peu pratiqué de nos jour hormis par de très rares spécialistes. (Contacter nous pour obtenir l’adresse du spécialiste dans votre région.)

RESTAURATION :

 

resto1

AVANT

resto2

APRES

 

Au moindre signe d'usure de vos kilims et tapis, (raccourcissement des franges, fils cassés etc.) n'hésitez pas à consulter un professionnel. Plus vite l'intervention est réalisée, plus la pièce garde son état d'origine à un coût moindre. Plus l'intervention est retardée, non seulement le coût de la réparation est plus élevé de plus la pièce perd son originalité. Notamment sur les tapis n’attendez pas que l’usure progresse sur les parties nouées et sur les kilims jusqu’aux dessins.

Les tâches :

Liquides : Tamponner tous liquides sans jamais frotter. Inondation : Ne jamais plier ou rouler vos tapis et kilims, essayer de les sortir et poser les à plat sur une terrasse ou sur le gazon, balcon etc. et si possible aspirer l’eau le plus vite possible avant de contacter un spécialiste. Vin rouge : Nettoyer d'abord avec du vin blanc puis avec de l'eau. Les vieilles taches doivent être assouplies avec de la glycérine. Chocolat, café, etc : Éponger avec un mélange d'eau et d'ammoniac. Sucreries : Nettoyer en tamponnant avec de l'eau tiède.

Quelques phrases prononcées par des amateurs pour décrire les kilims d’Anatolie :

« La beauté qui s’exprime dans ces tableaux faits de fils colorés » Henri Daumas « vitrail aux merveilleuses couleurs ». Henri Daumas « Les kilims expriment une harmonie mathématique très proche de l’architecture abstraite d’une fugue de Bach ». Henri Daumas « Comme une œuvre d’art abstraite, les kilims provoquent un choc visuel et l’impact qu’ils ont sur notre sensibilité, nous les fait aimer ou rejeter d’emblée. On ne reste pas indifférent devant un kilim » Henri Daumas « Le langage des formes et des couleurs a cela de bon qu’il se fait entendre sans parole. » «  L'art de kilim cesse d'être une description du monde (réel) pour devenir une effusion du coeur. »  

Le terme de kilim regroupe toutes les formes de tissage donc tout ce qui n'est pas noué. Toutes les régions productrices de tapis ont également produits des kilims mais pas toutes avec le même succès. Les plus beaux sont en général tissés par les nomades de Turquie, d'Iran, du Caucase ou d'Afghanistan.

Quelques exemplaires des 

« Crazy kilims » (kilims fou)

De début XIX° au début XX° siècle

a